AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | 
 

 {jolene, lop} Hold your breath til it's over (ft. danee)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Poldark
≈ OH DEAR YOU'RE MY FAVORITE SONG
avatar

Messages : 581
Date d'inscription : 30/09/2012
Age : 24

MessageSujet: {jolene, lop} Hold your breath til it's over (ft. danee)   Lun 24 Aoû - 18:29

Danee Abernathy a écrit:
Tout est sombre, tout est trouble. Ça crie de toute part, il fait trop chaud. On étouffe, c'est le chaos.

Les jours s'écoulent depuis la sanglante attaque des Natives et si les événements de cette nuit ont cloué le corps de Danee dans l'infirmerie, rappel constant et inaltérable, son esprit aussi depuis ne peut s'en évader. Éveillée, consciente, les souvenirs, la culpabilité, les remords la rongent, sans répit, et quand la somnolence, l'engourdissement gagne, alors ils la hantent, ils la tourmentent, ils (re)prennent vie.

Tout est sombre, tout est trouble. Elle sent le sang chaud qui s'écoule, qui doucement mais sûrement la quitte, l'affaiblit, lui amoindrit l'esprit. Sa vision se brouille et pourtant elle le voit, lui, toujours clairement, nettement. Elle ne voit que lui, lui et son regard immuable, fixé sur elle.
Ça crie de toute part, il fait trop chaud. Elle ressent l'agitation autour, l'effervescence et la tension, c'est palpable et c'est indéfinissable. Tout est lointain, décor et arrière-plan.  Elle devine le corps sans vie de Whitney qui tombe lourdement, la rage qui en découle. Et elle ne peut toujours pas détourner son regard de Thomas, le petit Thomas et ses grands yeux terrifiés et inondés qui la percent, lui transpercent la chair une seconde fois.
On étouffe, c'est le chaos. Dieu, que ça s'arrête.


Son sommeil est fiévreux, tumultueux. Danee gémit, murmure et marmonne, pleure, remue, supplie aussi. Que ça s'arrête, que ça s'arrête. Et ça continue.

Des mains, des mains partout. Des mains qui se saisissent du tremblant petit Thomas, des mains qui veulent, tentent de l’entraîner, loin, dans la noirceur. Qui se posent sur sa bouche, lui agrippent les cheveux, mais ne lui cachent pas les yeux, jamais. Et des mains, d'autres mains, qui se referment autour des bras, des poignets, des chevilles, de la gorge, de chaque membre de Danee. Des mains partout, qui recouvrent chaque centimètre carré de sa peau, qui retiennent, qui ensevelissent.
Et puis, l'enfant s'efface, disparaît, il s'effrite.


Et des cris de nouveau, trop présents cette fois, trop vifs, trop... réels. Des cris qui lui brûlent la gorge et assourdissent de faibles : Danee, Danee... Et les mains aussi, moins nombreuses, plus palpables, leur emprise, leurs secousses. Tout est confus, mélangé, trop nébuleux et trop tangible à la fois. Où s'arrête le cauchemar, où commence le réveil, la distinction est indécise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poldark
≈ OH DEAR YOU'RE MY FAVORITE SONG
avatar

Messages : 581
Date d'inscription : 30/09/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: {jolene, lop} Hold your breath til it's over (ft. danee)   Ven 25 Sep - 21:13

Par instinct, elle fait les cent pas devant cette tente dans laquelle elle n’ose pas rentrer. Attendre, elle déteste ça et pourtant, elle le fait malgré tout à cet instant. La patience n’a jamais fait partie de son caractère, elle a tendance à s’emporter rapidement ce qui lui a souvent déjà fait défaut dans le passé. Mais cette fois, elle tente de patienter pour avoir des nouvelles de son amie. Danee a été blessé. Elle pourrait mourir de cette blessure et Jolene n’était pas là, sans qu’elle n’en parle à voix haute, elle se maudit elle-même de ne pas avoir été là, elle s’en veut terriblement. Un sentiment qui lui est familier, qui lui rappelle des souvenirs, comme ce fameux soir où sa sœur a été portée disparue. Elle se souvient de cette angoisse qui lui rongeait l’estomac, elle se souvient des voix qui étaient presque inaudibles, elles disaient des choses que les oreilles d’une enfant ne pouvaient pas comprendre. Elle avait cette culpabilité de ne pas avoir pu agir et aujourd’hui, elle ressent exactement le même sentiment. Si elle ne s’est jamais pardonné d’avoir abandonné sa sœur, son jeune âge, son innocence et sa naïveté n’était pas une excuse valable, elle sait que si elle perd Danee, elle ne se pardonnera pas non plus son absence.
Elle ne sait pas combien de temps elle a attendus devant cet abri miteux servant d’infirmerie, des heures sûrement, avant que quelqu’un ne vienne lui dire ce qu’il en est. Si elle est vivante, elle ne risque pas de sortir de l’infirmerie de sitôt, sa blessure étant grave. Une partie de la brunette peste, s’ils étaient tous sur le continent, Danee pourrait bénéficier de soins de qualité, dans des endroits prévus à cet effet. Mais la chance ne faisant clairement pas partie de la vie de Jolene, elles se trouvent sur une île déserte où le mot intimité et propreté n’est plus qu’un lointain souvenir. Peut-être que Jolene porte réellement malheur, peut-être que les gens qui l’approche sont destinés à subir d’affreuse souffrance, si ce n’est de connaître un funeste destin. Cette pensée a déjà traversé l’esprit de la jeune femme, plusieurs fois même et pourtant, malgré tout, il lui est impossible de s’éloigner des personnes qui lui sont proches sur l’île. Ils sont une bouée de sauvetage qu’elle a besoin de garder près d’elle pour contenir à survivre à cet enfer. Elle a besoin d’eux tous, qu’ils le méritent ou non…
Longtemps, cela fait trop longtemps que Jolene est au chevet de Danee qui reste inconsciente. Elle pourrait sortir, aller se reposer ou aider, mais cela lui est impossible. Elle se doit de rester auprès de son amie blessée qu’elle a l’impression d’avoir abandonné. Si ses paupières sont lourdes, elle lutte de toutes ses forces pour ne pas succomber à l’appel de Morphée, elle attend depuis trop longtemps pour se laisser distraire par une chose aussi futile que le sommeil. Elle préfère attendre de voir les yeux bleus de son amie s’ouvrir, elle veut être sûre de son état avant de pouvoir penser se reposer. Une nouvelle fois elle perd le compte, elle ne sait pas si elle a attendu plusieurs minutes ou plusieurs heures, elle pourrait tenter de faire une proposition approximative, mais elle n’en voit pas l’intérêt. Alors elle prend son mal en patience, se permet de se perdre plusieurs fois dans ses pensées, ressassant des souvenirs d’une vie passée presque oubliée où elle semblait ne vivre que de joie et d’insouciance, mais aussi en ressassant d’autres moins joyeux, la découverte de ce qui est arrivé à sa sœur, le décès de son père, son beau-père, le crash, Dorian… Des mouvements près d’elle la sortent de ses pensées en un instant. Si l’infirmerie est pleine de monde, l’endroit d’où provient l’agitation est bien trop proche pour qu’elle ne le remarque pas. Enfin, elle se réveille. Hey...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poldark
≈ OH DEAR YOU'RE MY FAVORITE SONG
avatar

Messages : 581
Date d'inscription : 30/09/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: {jolene, lop} Hold your breath til it's over (ft. danee)   Mar 10 Nov - 22:15

Danee Abernathy a écrit:
Les traits crispés, les sourcils froncés, Danee se débat toujours intérieurement. Rêve, souvenir, hallucination. Culpabilité, hantise, fièvre. Tout se mélange, tout s’accumule, indissociables. Et ça continue, encore et encore jusqu’à ce qu’elle n’en puisse plus, jusqu’à ce qu’elle ne soit plus que cris, les sens en overdose.
Puis ses yeux s’ouvrent, tous grands, tout brusquement et plus rien. Tout a disparu. La lumière du jour est un peu aveuglante, lui fait cligner des paupières plusieurs, mais si accueillante, aucune main, aucun bras ne l’encerclent, ne l’entravent, les hurlements se sont tus. Le calme le plus complet et elle resterait bien allongée là, comme ça à tout jamais, si elle ne distinguait pas une voix familière, tout à côté.
Elle tourne la tête, Jolene, un sourire nait sur ses lèvres. Comment tu te sens ? l’entend-t-elle lui demander et sa première réaction c’est de gentiment hausser les sourcils. Elle a envie de lui répondre : comme tous les jours sur cette île, quelle drôle de question tu poses ; mais elle se contente qu’un Quoi ? bizarrement rauque, qui lui racle désagréablement la gorge. Elle veut tenter de se redresser, ce n’est pas aujourd’hui qu’elle va commencer à traînasser toute la journée sous sa tente. Mauvaise idée.
Le mouvement lui fait l’effet d’un coup de poing dans l’estomac dont la douleur se diffuse, irradie dans tout son corps. Un gémissement lui échappe, sa main se porte par réflexe sur sa blessure et tout lui revient par vagues. Ses yeux s’agitent, prennent connaissance de tout. Son abdomen bandé, cachant à sa vue sa peau transpercée, le trou recousu que lui a laissé la balle, comment est-elle encore vivante ? Son regard se soulève, passe outre son amie, elle n’est pas sous sa tente, elle est dans l’infirmerie... L’infirmerie ?! Elle se souvient les cris, les balles, les corps qui tombent, les enfants terrifiés… Et les autres, que s’est-il passé après… Jolene ! Jolene n’était pas là ! La confusion la gagne de nouveau, elle commence déjà à avoir mal à la tête.
Elle ferme les yeux quelques instants, puis les rouvrent et les fixent de nouveau sur son amie. Un flot d’interrogation se pressent derrière ses lèvres. Je… tu vas bien ? Tu n’es pas blessée ? Les autres… Thomas ? Les natives ! Comment, combien de… Tout est sorti d’un coup, cacophonie totale plus que réelles paroles intelligibles. Sa voix se brise, sa gorge lui brûle toujours atrocement, comme si abandonnée à l’assèchement depuis des semaines. Pour autant qu’elle sache, ça pourrait bien être vrai. Elle se force tout de même. Qu’est-ce qu’il s’est passé ?
Perdue, troublée, apeurée, épuisée, les émotions se multiplient et dévorent le visage de Danee. Elle renvoie une image bien pitoyable, ainsi submergée. C’est trop… et c’est con, mais les larmes se mettent à couler toute seule sur son visage. Finalement, elle souhaiterait presque pouvoir retourner se cacher dans les méandres de son sommeil agité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poldark
≈ OH DEAR YOU'RE MY FAVORITE SONG
avatar

Messages : 581
Date d'inscription : 30/09/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: {jolene, lop} Hold your breath til it's over (ft. danee)   Mar 10 Nov - 22:52

Quoi ? Entendre la voix de son amie est une douce mélodie aux oreilles de la jeune hôtesse. Sans le contrôler, elle laisse échapper un profond soupir, laissant expulser toute la tension accumulée au cours des dernières heures. Et durant quelques secondes, elle omet certains détails, comme la désorientation de Danee. Rapidement, elle tente de reprendre le contrôle de ses émotions et de se concentrer entièrement sur son amie et sur ce qu'elle demande. Elle fronce les sourcils, soucieuse de ce qu'elle peut ressentir. Elle pourrait dire qu'elle comprend parfaitement, qu'elle imagine le trouble dans lequel elle peut se trouver mais la vérité est qu'elle n'en a aucune idée. La jeune femme faisait partie des personnes présentes sous la tente où se trouvait la Native qui a tué Whitney, celle-là même qui est la cause de la présence de Danee ici. Alors comment Danee pourrait-elle savoir ce qu'elle a loupé depuis qu'elle est ici? Mais surtout, comment lui expliquer ce qui s'est passé.
Je… tu vas bien ? Tu n’es pas blessée ? Les autres… Thomas ? Les natives ! Comment, combien de… Elle se permet de détourner la tête durant un instant, histoire de pouvoir grimacer sans qu'elle ne puisse l'exposer aux yeux encore affaiblis de Danee. Mais aussi rapidement, elle lui refait face, encore une fois ébahie par la capacité de son amie de faire passer le bien-être des autres avant les siens. Elle a failli mourir sous cette tente et pourtant, à l'heure actuelle, elle préfère prendre des nouvelles des autres plutôt que de s'inquiéter de sa propre santé qui a été mise à mal. Jolene ne peut s'empêcher de se demander d'où cela lui vient et pour ça, elle ne peut pas s'empêcher d'admirer la monitrice. Elle finit par secouer la tête, sans se cacher cette fois-ci dans l'espoir que cela finisse par repousser la curiosité de Danee. Pense d'abord à toi. Du coup, vraiment, comment tu te sens? Tu sais que tu m'as fichu une trouille d'enfer. Elle essaie d'esquisser un sourire optimiste, mais la réalité se trouve dans ses paroles, elle a vraiment eu peur de perdre son amie.
Qu’est-ce qu’il s’est passé ? Comment lui expliquer le décès de Whitney, comment lui dire que Thomas a été enlevé... Les mots se bousculent dans sa tête mais elle ne parvient pas à former des phrases correctes. Elle sait qu'une fois qu'elle sera au courant, elle voudra partir à la recherche de l'enfant qu'elle voulait à tout prix protéger, peu importe si cela met sa propre vie en danger, une nouvelle fois. Mais Jolene sait que la santé de Danee ne lui permet pas de pouvoir le faire et elle fera tout pour l'empêcher de faire n'importe quoi. Durant un instant, elle hésite, elle se demande si lui cacher la vérité ne serait pas plus facile pour la jeune femme, mais elle parvient vite à la conclusion, qu'elle doit juste trouver comment dire les choses comme il faut. Eh bien... disons que je n'ai pas tous les détails... je n'étais pas là... Ce qui fait qu'elle s'en veut, une nouvelle fois de ne pas avoir pu être présente. Les choses n'ont pas tourné comme on l'aurait voulu... Elle prend un profond soupir, essaye de mettre de l'ordre dans ses idées, avant de dire le tout. En voyant les larmes coulées sur le visage de son amie, elle dépose une main qui se veut réconfortante sur celle de Danee espérant par ce geste diminuer son chagrin. Elle sait que cela ne changera sûrement pas grand-chose, mais elle n'ose pas dire quoi que ce soit, de peur d'être maladroite, de dire des choses qu'elle ne doit pas... Réconfortée les gens qui sont perdus et malheureux, elle n'en a pas l'habitude mais à la voir dans cette position, la voir si vulnérable, Jolene ne peut s'empêcher d'essayer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poldark
≈ OH DEAR YOU'RE MY FAVORITE SONG
avatar

Messages : 581
Date d'inscription : 30/09/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: {jolene, lop} Hold your breath til it's over (ft. danee)   Mer 25 Nov - 21:41

Danee Abernathy a écrit:
Une pointe de culpabilité s’immisce chez Danee à la vue de l’expression de son amie, plus encore à ses mots. Avec tout ça, la confusion du réveil, elle n’a même pensé à l’inquiétude qui avait dû la ronger, parce que la monitrice est réaliste, ses chances de survie ne devaient pas battre des records. Elle offre une tentative de sourire à Jolene, un peu contrit. Elle ne peut qu’imaginer ce qu’elle a dû lui faire traverser, elle-même ne sait pas très bien comment elle aurait pu réagir, à positions inversées. Désolée… Je vais bien, je suppose ? Compte tenu des circonstances… Et ses paroles auraient sans doute plus d’impact si elles ne s’achevaient pas sur une légère grimace de douleur. Faire le moins de geste possible : noté.
Elle reprend la parole, avant que l’hôtesse de l’air ne puisse protester. Je vais bien. Je suis en vie, sans doute bien plus que ce que d’autres peuvent dire… Et à ses mots, des flashs, images du corps de Whitney tombant lourdement au sol dansent devant ses yeux. Elle les ferme un instant, juste un instant. Danee n’est pas bête, elle sait additionner 2 + 2 et bien que sa mémoire soit relativement floue de cette nuit-là, elle est assez nette pour qu’elle se souvienne que la blessure de la skywest était plus sérieuse que la sienne… Tout comme elle est assez alerte maintenant pour avoir remarqué l’absence de Whitney ici-même, à l’infirmerie. Comme je vous l’ai dit, 2 + 2.
Elle avale difficilement sa salive à toutes ses pensées qu’elle ne préfère pas évoquer à haute voix, pas maintenant, pas d’elle-même. Néanmoins, elle a besoin de réponse et la conversation n’a déjà que trop tourné autour d’elle à son goût ; elle est vivante, ça suffit pour l’instant. Qu’est-ce qu’il s’est passé ? demande-t-elle alors à Jolene et son visage qui s’assombrit, prend une expression tourmentée à la seule entente de la question, ne lui donne déjà que bien trop d’indication.
Son amie cherche ses mots, une myriade de sentiments défilant sur son visage. Danee aurait bien envie de lui dire ne pas la prendre avec des pincettes, de tout lui raconter, simplement, sauf que si, elle en a sans doute besoin, d’être prise avec des pincettes. Chaque seconde dure une éternité et quand Jolene commence par : Eh bien... disons que je n'ai pas tous les détails... je n'étais pas là..., la monitrice y détecte tous les sous-entendus. La culpabilité, le sentiment d’impuissance, la responsabilité mal placée, que son amie s’octroie. Elle veut lui dire que ce n’est pas de sa faute, qu’elle est au contraire heureuse qu’elle ne fut pas là cette nuit-là, parce qu’elle ne l’aurait pas voulu en danger, mais la jeune femme a le sentiment que ce ne serait pas du goût de la forte tête. Elle n’a pas le temps de toute façon.
Les choses n'ont pas tourné comme on l'aurait voulu… Les paroles ne la surprennent pas, pourtant, elles l’atteignent tout aussi brutalement. Une fois de plus, la skywest entend, devine, comprend tout ce que son amie passe sous silence. Les larmes se mettent à couler sans même qu’elle ne puisse rien y faire, sans même qu’elle ne le réalise tout d’abord. Elle s’est perdue de nouveau quelques instants dans les méandres de son esprit et c’est Jolene, encore, qui l’a ramenée sur terre. Une main réconfortante, soutien et protectrice, une ancre solide. Je, je suis désolée. Je sais même pas pourquoi je pleure, c’est… Elle secoue la tête, réprime un petit rire désabusé qui lui arrache une autre grimace. Elle a l’impression de passer son temps à s’excuser, pour tout, pour rien et si elle sait le mériter – aussi inutiles soit-il – elle sait aussi que ça doit déplaire à l’hôtesse.
Elle balaye d’un revers de la main les sillons laissés par les pleurs sur ses joues et serre fermement, peut-être un peu trop, entre ses doigts ceux de son amie, elle est tellement reconnaissante de sa présence et ça lui suffit. Elle sait que ce genre de mots n’est pas le fort de Jolene, et veut qu’elle sache que ça, ça lui suffit.
La gorge toujours en feu, Danee se force à boire à petites gorgées l’eau que sa compagne lui tend. Les choses commencent à devenir plus clair dans l’esprit de Danee, la réalité a totalement repris le dessus maintenant et aussi pénible que ça puisse être… A quel point la situation a-t-elle mal tourné ? finit-t-elle par demander. Elle veut être plus précise, l’interroger avec des : les enfants, Thomas, ils ont été enlevé, beaucoup ? ou d’autres qui a-t-on perdu, qui a eu moins de chance que moi ?. Mais tout reste coincé, son regard néanmoins, en dit probablement assez long.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: {jolene, lop} Hold your breath til it's over (ft. danee)   

Revenir en haut Aller en bas
 
{jolene, lop} Hold your breath til it's over (ft. danee)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Règles du Ramponneau (Poker Texas Hold'em) sans limite
» [CRODACIER] [Nordiques] [The divine breath of Odin] [- OK -]
» Hold the line !
» Hold Short Node Afcad
» Breath of Fire II - Fiche de jeu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BOM CHIKA BOW BOW :: SUJETS ARCHIVÉS-
Sauter vers: