AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | 
 

 {dylan, lop} ÉPISODE 2 ✩ The last battle (sujet 3)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Poldark
≈ OH DEAR YOU'RE MY FAVORITE SONG
avatar

Messages : 581
Date d'inscription : 30/09/2012
Age : 24

MessageSujet: {dylan, lop} ÉPISODE 2 ✩ The last battle (sujet 3)   Ven 24 Juil - 11:22

En silence, elle suit les autres comme un automate, elle ne regarde pas les alentours mais ses pieds et malgré tout, chacun de ses sens sont aux aguets. Elle sait que ce qui se passera ce soir va une nouvelle fois changer la donne, elle sait que des choses importantes vont se passer et pour cela, elle est prête à beaucoup si ce n’est à tout. Accrochée à sa taille, elle vérifie régulièrement par un geste furtif si l’arme confiée par Julian est toujours là comme si elle pouvait la perdre. Julian. Il ne lui a pas parlé ou du moins pas vraiment depuis Nolan et pourtant quand il lui a demandé si elle venait, elle n’a pas hésité, pas un instant. Elle sait qu’elle n’est pas un élément indispensable du groupe, mais si elle peut distraire des Natives suffisamment longtemps pour permettre aux siens de pouvoir s’enfuir ou d’en finir, elle n’hésiterait pas un seul instant peu importe ce que cela peut lui coûter. Pour cette mission, il lui a confié une arme, celle de Reese cette amie dont l’absence se fait toujours cruellement sentir. Avoir cette arme est étrange mais Dylan en est sûr, si elle doit s’en servir, elle le fera sans sourciller. Elle n’en a peut-être jamais réellement utilisé une, mais comme on lui a toujours dit son père, il n’y a qu’une chose à faire « tu vises et tu tires ». Dit comme cela, l’opération semble des plus faciles et pourtant, elle sait que dans le feu de l’action cela sera sans doute bien plus difficile qu’il n’y paraît.
Son regard est obligé de se relever dès qu’un bruit sourd se fait attendre, regardant dans toutes les directions, c’est bien vite qu’elle se rend compte d’où provient le bruit : la fumée noire. Le bras d’Éris lui barrant la route, l’oblige à s’arrêter et au final, tout un petit groupe se fige sur place, étant dans l’impossibilité d’aller plus loin. Elle a entendu parler de cette fumée, mais elle n’a jamais été confrontée à elle et de ce qu’elle a pu en entendre, elle n’en avait aucune envie. Par automatisme, elle tourne la tête vers Julian dont le regard ne quitte pas cette chose. Si elle s’attendait à croiser des Natives, elle n’avait clairement pas en tête de croiser ce monstre qui hante cette jungle. Bien trop occupé à regarder cette chose, elle en a oublié le reste, comme le fait qu’ils sont désormais séparés des autres comme si cela était prévu. Séparé pour les affaiblir, pour que l’affrontement soit moins brutal, soit inégal. Elle n’entend pas ce qui se dit jusque-là, elle n’a pas entendu les remarques de Tucker, ni celle de Kimaori, mais elle entend la réponse de Julian. Et si tu gardais ton complexe du héros pour la fin de journée, et qu’on essayait de réfléchir de façon cohérente, pour une fois .! Je ne crois pas que cette chose laissera passer qui que ce soit, peu important qu’on court ou qu’on l’attire dans une autre direction… On doit réfléchir autrement, ce machin doit avoir un interrupteur, ou quelqu'un qui le manipule! « Ils sont passés sans être arrêtés. » C'est Amélia qui a pris la parole, cette mère qui espère tant retrouver son enfant, celle qui est également prête à tout dans cette aventure. Son intervention reflète les pensées de la brunette, il est vrai que les personnes qui se trouvaient en tête de groupe sont passés aisément. « Elle respecte et garde un périmètre précis.... elle doit être vulnérable .... Il doit y avoir une trappe, un pilier, quelque chose qui la contrôle.... » C'est peut-être nous qui l'avons déclenché … En marchant sur une sorte d'interrupteur Et si elle avait tort? Et si c'était les Natives qui avait déclenché tout ça? Chaque personne présente, dont elle-même, est en train de regarder le sol, les arbres, les fougères... a la recherche d'une sorte d'interrupteur, mais si l'interrupteur ou quoi que ce soit se trouvait dans leur campement à eux, alors leur recherche serait vaine. Il faut agir et rapidement, pourtant il semble peu probable que l'un d'entre eux puisse bouger avec aisance. Un geste trop brusque, trop loin ferait attaquer cette chose qui semble prête à les tuer en un rien de temps. Et si c'était eux qui la contrôlait? Sur le qui-vive, Dylan continue de regarder autour d'elle pour trouver le fameux interrupteur qui les aiderait, interrupteur qui n'existe peut-être pas. Du coin de l'oeil, elle continue de regarder cette masse informe prête à fuir ou à aider en cas d'attaque. Ce qu'ils cherchent doit exister, ils en ont besoin pour survivre, mais aussi pour assurer la sûreté des autres survivants ayant réussi à passer. Car une chose est sûre, s'ils reviennent avant qu'ils n'aient réussi à en finir avec ce monstre, ils y passeraient... peut-être tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poldark
≈ OH DEAR YOU'RE MY FAVORITE SONG
avatar

Messages : 581
Date d'inscription : 30/09/2012
Age : 24

MessageSujet: Re: {dylan, lop} ÉPISODE 2 ✩ The last battle (sujet 3)   Sam 26 Sep - 9:02

Comme bien souvent sur cette île, les évènements s’accélèrent sans qu’on ne s’y attende réellement et comme bien souvent, Dylan se sent perdu face à ces situations. Parfois elle tente de faire semblant qu’elle contrôle ce qu’elle fait, ce qu’elle dit. Mais régulièrement, la situation lui échappe. Elle le sait, elle n’est pas à la hauteur pour faire quoi que ce soit sur cette île pourtant, une certaine partie d’elle-même ne peut s’empêcher de se sentir chanceuse. Oui chanceuse mais en même temps coupable d’être toujours en vie quand d’autres qui savaient faire la différence ont péri. Elle aurait pu mourir il y a bien longtemps et pourtant, aujourd’hui elle est encore là, tentant de maîtriser cette peur qui lui brûle les entrailles. La mort ne lui a jamais paru si proche d’elle. En regardant cette fumée noire, elle sait, oui elle sait que cette dernière pourrait lui ôter la vie avant même qu’elle ne pousse un soupir. Elle pourrait simplement disparaître en une fraction de seconde, juste comme ça, par le bon vouloir de cette chose qui est si redoutable et que personne ne semble connaître si ce n’est eux. Oui, aujourd’hui elle pourrait mourir et peut-être que cela ne ferait pas une grande différence, mais pour la première fois depuis un moment elle fait face à la vérité… elle n’est pas prête à disparaître, pas encore. Pas tant qu'elle n'en a pas plus découvert sur ses Natives et leurs motivations, pas tant qu'elle n'aura pas pu venger ceux qui ont perdus la vie à cause d'eux, pas tant qu'elle ne saura pas si Trystan est en vie et en bonne santé, pas tant qu'elle n'aura pas pu arranger les choses Julian... Non, elle n'est pas prête à partir.
Quand elle entend une voix inconnue, elle dirige directement son regard sur la personne qu’elle ne reconnaît pas. Par instinct elle sait que s’il n’est pas de leur groupe, il ne peut qu’être du leur, à eux. Et quand elle comprend ses mots, elle n’a plus le moindre doute et si elle ne le connaît pas, chaque parcelle de son corps décide de le détester immédiatement car il fait partie de ce groupe qu’elle méprise tant, auquel elle voue une haine féroce. Julian est le premier à lui répondre, comme elle pouvait s’en douter et comme à chaque fois, elle ne peut s’empêcher d’être d’accord avec chaque mot qu’il prononce. Cela fait bien longtemps qu’on a abandonné l’idée qu’on puisse un jour s’en sortir. Sans parler du concept même de chance, je ne pense pas qu’il existe sur cette ile… Comment pourrait-il être plus dans le vrai ? Ils sont ici depuis si longtemps qu’aucun survivant du premier crash ne s’imagine rentrer chez lui un jour. Continuer d’espérer serait gaspiller de l’énergie inutilement, gaspiller une énergie qu’on ne peut pas se permettre de perdre quand on sait à quel point ils en ont besoin pour survivre sur cette île qui semble sans cesse leur réserver tant d’épreuve. Elle entend la voix de Tucker, de Kimaori mais aussi celle d’Amélia, cette mère qui lui brise le cœur à chaque fois qu’elle la voit. La voir se débattre à ce point pour retrouver sa fille est admirable et Dylan espère de tout cœur qu’elle puisse la retrouver, même si elle ne l’a connaît pas vraiment, elle sait ce que c’est que de perdre quelqu’un mais elle n’imagine pas la douleur qu’une mère peut ressentir face à la perte de son enfant. Elle ne peut que l’imaginer et elle ne le souhaite à personne. Elle entend leur voix, mais elle ne réagit pas, elle ne parle pas, se contentant d’être une simple spectatrice, elle ne fait rien lorsqu’elle voit Julian dégainer son arme et prendre le Native en joute. Elle est spectatrice de cet échange verbal sans pour autant prendre part, sans réel intérêt, ce dernier étant bien trop préoccupé par ce monstre fumeux leur faisant face. Elle les entend parler d’épargner des vies, celle de Ryan, celle de Dorian et si Dylan n’a jamais réellement pris part à une réelle bagarre, ces poings ridiculeusement petits se sert par automatisme. Entendre Kimaori répondre oui, lui donne envie de lever les yeux au ciel. Dylan n’a jamais été de celle qui était pour la violence, au contraire et pourtant, désormais elle n’a qu’une envie, les voir morts tout simplement. C’est une envie pleine de haine, de ressentie qui ne ressemble absolument pas à la fille qu’elle était en quittant le continent il y a quelques années, mais il semble que cela ressemble à celle qu’elle est devenue. L’un a poignardé Julian, cet homme dont elle est si proche, l’autre a tranché la gorge de Nolan, cette femme qu’elle avait apprise à apprécier et les deux font partis de l’autre groupe, celui responsable de l’explosion de la lisière, celle-là même qui a causé la mort de David. Pour cela, il est impossible pour la jeune femme de vouloir qu’il respire encore. Accaparée par ses pensées, elle n'entend pas la suite de la conversation, pourtant tout aussi importante.
Attend, attend! (...) Julian, réfléchis, tu ne peux pas tirer sur lui… regarde devant toi, si tu tires, si l’un de vous deux tire, cette chose va se jeter sur nous avant qu’il n’atteigne le sol. On ne peut pas prendre ce risque…  Mais la voix d’Éris qui intervient la ramène à la réalité, comme une gifle qu’elle viendrait de recevoir. Elle… elle le défend, d'une certaine manière. Elle sent ses yeux s’arrondirent quand elle entend ses paroles et durant de longues secondes elle n’arrive pas à détourner son regard de sa nouvelle amie qu’elle a appris à connaître il y a peu de temps. Si on lui avait dit qu’un jour elle assisterait à cette scène, elle aurait ri, traitant de fou la personne osant douter de la loyauté de la blonde. Et pourtant, cette scène irréaliste est bien en train de se produire, prenant de cours Dylan. La gifle d’Eris a pour effet de réveiller la brunette, jusque-là bien trop passive. Si elle est désormais attentive à ce qui se passe autour d’elle, elle n’en oublie pas pour autant la raison qui fait qu’ils sont tous coincés ici au lieu d’être présent avec ceux de leur groupe, de l’autre côté. Je suis désolé. C’était ma seule façon d’en savoir plus sur vous. Vous êtes tous persuadés que je suis un paria parmi mon propre groupe. Alors comment pouvez-vous croire que je sache comment désactiver cette chose ? Ne fais pas ça ! Si tu franchis la limite, elle t’attaquera et nous avec. Tu n’es pas stupide au point de vouloir provoquer la mort de tes amis. Pourquoi veut-il en apprendre plus sur nous? Son but n’est-il pas de nous  tuer, comme ils semblent le vouloir tous ? Pendant un court instant, la stranger s'autorise à regarder plus en détail ce nouveau venu qu'Éris connait, un peu trop apparemment. Ses paroles l'intriguent, mais elle ne peut pas se permettre de douter, de penser que certains sont innocents, les croire tous capables mais surtout coupables du pire est bien plus facile. Et pourtant, en le regardant elle peut presque se rendre compte qu'il ressemble à n'importe qui. Oui, il ne semble absolument pas diabolique comme elle aime s'imaginer les Natives dans son esprit. En réalité, si elle le croisait dans la jungle, elle pourrait totalement le confondre avec quelqu'un de leur propre groupe et pourtant ce n'est pas le cas. Et c'est peut-être ça, le pire. Qu'ils soient capables de s'intégrer parmi eux sans que personne ne puisse être capable de s'en rendre compte. Cette normalité est peut-être par conséquent, une de leurs armes les plus redoutables puisqu'ils sont capables de les détruire de l'intérieur sans éveiller de soupçons, un peu comme Dorian l'a fait durant quelque temps. Elle écoute attentivement la conversation, chaque mot qui sorte de la bouche de cet homme qu'elle considère comme un intrus. La fin de sa phrase a pour effet de mettre Dylan mal à l'aise, lui rappelant une nouvelle fois, que sa vie pourrait se terminer aujourd'hui en une fraction de seconde. Alors qu'elle sent des picotements, elle lève les yeux par automatisme vers lui et comme elle s'y attendait, elle croise les prunelles marron de Julian, une nouvelle fois son coeur se sert. Elle sait qu'elle est stupide de penser à cela dans un instant aussi important, mais elle ne peut s'empêcher de se dire qu'elle ne veut pas mourir avant d'avoir réussi à lui parler. (...) Il a raison sur un point., si on franchit cette ligne on va tous y passer. On ne peut pas se permettre ça. (..) Parce que même un paria doit savoir ce genre de choses, c'est certain... Et ça ne veut pas dire que tu as été un paria toute ta vie. Ne nous fais pas croire le contraire, tu sais comment on désactive cette merde. C’est vrai, vous vous préférez enlever, torturer, faire souffrir, psychologiquement… Pour le coup, en effet, il est plus efficient de nous garder vivant… Elle se rappelle soudainement toute la violence à laquelle elle a été confrontée depuis qu'elle est là. L'attaque de leur premier campement, l'incendie, l'explosion, l'échange, l'éruption... Tellement de choses qui lui font penser qu'elle a vécu sa vie entière sur cette île et que c'est ici qu'elle finira. Mais aussi tellement de choses qui lui rappellent pourquoi elle est là. Elle se rappelle de ses gens qu'elle côtoyait et qui ne sont plus là aujourd'hui, pour beaucoup la faute revient aux natives qui au lieu de parler ont décidé d'utiliser la violence comme si cela était une réponse. Ils ont décidé d'attaquer, diabolisant sans raison valable chacun des survivants des crashs d'avions... les forçant à changer d'une certaine manière. Ils avaient débuté une guerre et se plaignaient désormais d'avoir des gens avec du sang sur les mains face à eux. Pourquoi est-ce qu'on est aussi "précieux" pour toi si tu ne veux pas nous laisser mourir ? Après toutes les disparitions qu'il y a eu, ça sonne quand même un peu comme du foutage de gueule. Avant qu'elle n'ait pu former une phrase correcte dans sa tête Tucker prend la parole, formulant à voix haute les propres questions de la jeune femme, mais aussi celles d'autres personnes présentes, elle en est sûre. Ils nous prennent pour des cons, et jouent avec nous depuis le début, tu crois vraiment que c’est aujourd’hui qu’on va avoir des réponses ? Une nouvelle fois, elle ne peut que trouver les paroles de Julian justes. Jusqu'à présent, ils n'ont rien réussi à apprendre sur ces natives, pourquoi aujourd'hui serait différent? Il n'y a aucune raison. Il y a une trappe quelque part dans la zone où nous nous trouvons. Elle doit être cachée par de la végétation, des lianes sans doute. Elle est fermée à clé mais il vous suffira de tirer sur le cadenas pour l’ouvrir. A l’intérieur se trouve un poste de commande. Je ne sais pas comment désactiver le monstre mais à nous tous, on devrait y arriver. Est-ce que ses instructions sont fiables, est-ce qu'ils doivent faire confiance à un homme qu'ils ont appris à haïr sans connaître? La question se pose dans la tête de la jeune femme. Elle n'a pas de réponse, mais elle le sait, le temps leur manque. Ils ne peuvent pas continuer sur ce chemin. Si vous franchissez cette limite, la fumée vous considèrera comme un intrus et vous tuera. C’est notre seul moyen de défense. (..) Je crois que tu peux gagner ce soir sans avoir besoin de t’en servir. Soyez plus intelligents que nous. Ne vous laissez pas aveugler par la peur et la vengeance. Si vous sortez gagnants de cette bataille mais que la moitié d’entre vous y laisse la vie, serez-vous réellement vainqueurs ? C'est ridicule. Cette phrase s'échappe d'entre ses lèvres et elle secoue la tête en guise d'appuis sur ses paroles. Des vainqueurs, des gagnants? Il ne peut y en avoir. Sur cette île, leur vie est en jeu il est donc déplacé de parler de cela comme si chaque personne n'était que des pions sur un échiquier. Même si après tout, peut-être est-ce ce qu'ils sont?  Gagnants ? Vainqueurs ? C’est quoi pour toi ? Un putain de jeu ? J’ai déjà perdu. Si je suis là ce soir, c’est pour elle ! La crosse de l'arme de Julian qui s'abat contre le visage du Native, fait sursauter la jeune femme. Pour sa fille ! (...) Tout le reste, je m’en fous complétement ! Perdre ou gagner, ça n’a pas vraiment d’importance. Tant que vous crevez tous, mais qu’elles, elles s’en sortent, la fin justifiera les moyens… Quoi qu'il arrive, Julian a son soutien, elle le suivrait sans aucun doute envers et contre tous, le suivant comme son ombre, les yeux fermés. Sa présence ici en est la preuve. Tout s'embrouille dans sa tête, mais elle sait que maintenant, c'est le moment. Ils ne peuvent pas continuer à parlementer pour savoir qui dit vrai, qui dit faux. Comme il l'a dit, gagner ou perdre, on s'en fout totalement. On est sur cette île, on a tous perdu quelque chose et à cet instant, on sait tous pourquoi on est là. Chacun à ses raisons. Cette fois, c'est à son tour de poser son regard sur Julian, quelques secondes avant de se reconcentrer sur l'essentiel. Je ne te fais pas confiance. Mais à cet instant, on s'en moque. On doit passer à travers cette chose, avant qu'elle décide de nous déchiqueter. On n'a pas le temps de continuer à parler davantage. Ses pupilles ont quitté la silhouette de son ami et sont passées de personne en personne avant de se poser sur le Native auquel elle s'est adressée directement. Il y a de la végétation partout, tu ne peux pas être plus précis sur l'endroit où se trouve la trappe?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
{dylan, lop} ÉPISODE 2 ✩ The last battle (sujet 3)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [SW starship battle] la flotte de Laurent
» Mushiking Battle Gacchuguts
» CDA battle?
» Battle est mort ?
» Dragon Ball Zenkai Battle Royale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BOM CHIKA BOW BOW :: SUJETS ARCHIVÉS-
Sauter vers: